Baa Baa Black Sheep

Publié le par Tiwow

Baa Baa Black Sheep :

Ou "Les Têtes Brûlées" en VF . Cette série mythique des années 70-80 (donc avec doublages, images et effets spéciaux qui vont avec) trace l'histoire du Black Sheep Squadron (littéralement c'est l'escadron des brebis galeuses, enfin c'est pas vraiment traductible en fr, il y a des versions différentes) et de son leader, le Major Greg "Pappy" Boyington, un super as de la seconde guerre mondiale . Bon, en fait, ya que l'épisode pilote qui retrace l'histoire exacte, après c'est de l'invention, mais ça ne gâche bien sûr rien à la série . Je vous ai même trouvé la biographie de Greg :

L’une des unités les plus fameuses des Marines fut le VMF-214, The Black Sheep ("les boucs émissaires "), grâce à la personnalité de leur commandant, le major Gregory "pappy " Boyington. Les faits d’armes du 214 firent l’objet d’une série télévisée diffusée en 1980 : Les Têtes brûlées. Si chaque épisode était fortement romancé, les combats aériens, eux, étaient bien réels, puisqu’il s’agissait de séquences de films pris en opérations.

L’unité fut transformée sur Corsair en juin 1943, alors qu’elle était commandée par le major Ellis. Boyington avait été crédité de six victoires, tandis qu’il servait sur P-40 avec les Tigres Volants en Chine. Réintégré dans les Marines, il effectua un tour d’opérations en 1942 sans rencontrer un seul ennemi. Il prit le commandement du VMF-214, alors que celui-ci était en réorganisation après son second tour dans les Salomon. Le bouillant Boyinglon eut tôt fait de remettre l’unité sur pied ; elle rejoignit Munda (NouvelleGéorgie) à la mi-septembre, et son agressif commandant innova dans l’art de lever les chasseurs japonais basés à Kahili et Buin (Bougainville).

La première mission eut lieu le 1 6, une escorte de bombardiers sur Baliale, au cours de laquelle le squadron se retrouva au beau milieu de quarante chasseurs japonais. Un Hamp vola à côté de Boyington en battant des ailes pour rejoindre la formation ; le pilote américain mit les gaz et lui expédia une rafale ; le pilote japonais n’avait pas su identifier l’appareil américain : cela lui fut fatal. Dans les minutes qui suivirent, Boyington en mit quatre autres à son crédit et devint le premier as en un jour sur un Corsair. Dès les quatre premières semaines de leur tour d’opérations sur Kahili, les " têtes brûlées " affichèrent quarante-sept victoires confirmées à leur tableau de chasse. A l’issue d’une escorte, Boyington et ses gars allèrent défier l’ennemi chez lui, comme de coutume. Arrivés sur Kahili, le ciel était vide lorsque le leader entendit, fort et clair, dans ses écouteurs : " Major Boyington, what is your position ? " Flairant le piège, Boyington falsifia sa réponse et ne tarda pas à apercevoir trente Zero venant vers lui... Mais il détenait l’avantage d’altitude et de position ; aussi ne lui fallut-il que quelques secondes pour réduire les effectifs japonais de trois unités. Le VMF-214 fut le squadron qui eut le plus de succès pendant tout le mois de septembre. A la fin du mois, il gagna Espiritu-Santo pour une période de repos bien méritée. Le 17 décembre, les "Black Sheep" étaient de nouveau au front, basés à Vella Lavella, pour leur troisième et dernier tour d’opérations. Boyington fut désigné comme leader des attaques de la chasse alliée sur Rabaul.

Le déployement massif de chasseurs alliés de types divers commença par une grande confusion. Boyington y mit bon ordre : il définit de nouvelles tactiques et disciplines qui furent expérimentées durant les deux jours précédant la Noël 1943. Le 23, une trentaine de japonais furent revendiqués, dont douze par le VMF-214 et quatre par Boyington, ce qui portait son score à vingt-quatre. Le VMF223, commandé par le major Marion Cari (seize victoires), nouvel arrivé, fut intégré au dispositif. Cari était bien placé pour talonner l’as du théâtre d’opérations qu’était Boyington. Les 27 et 28 décembre furent des jours particulièrement actifs pour les Marines et pour le moins déasstreux pour l’ennemi. Boyington, qui avait abattu un Zero, n’était qu’à une victoire du recordman, Joe Foss, et s’excitait à l’idée de le dépasser. Mais une période de mauvais temps cloua les Corsair au sol, et le tour d’opérations devait se terminer à la mi-janvier 1944... Même si Boyington était très fatigué au début janvier, il n’en poursuivait pas moins ses missions. (Pour ne pas s’assoupir en vol, il s’introduisait sous les paupières de fines particules de tabac, qui, 3n irritant ses yeux, les lui faisaient garder ouverts.) En outre, il était pourchassé par les correspondants de guerre, à la recherche du scoop qui sanctionnerait le nouveau record. Le temps s’améliora et une mission d’envergure fut prévue pour le 3 ; elle devait être menée par Carl qui, sportivement, se désista en faveur de Boyington. La mission sur Rabaul ainsi que la mêlée prévue eurent lieu ; dès le début, Boyington incendia un Zero, puis ses ailiers le perdirent de vue.

Il plongea à l’attaque avec Ashmun, son second, lorsqu’ils furerit assaillis par d’autres Zero. Les deux Corsair adoptèrent un vol défensif en ciseaux et descendirent chacun un chasseur à disques rouges. Ashmun fut touché et son moteur se mit à fumer ; Boyington le couvrit lors de sa descente vers la mer et abattit encore un Zero alors que son ailier amerrissait. Quittant les lieux, le Corsair de Boyington fut atteint au réservoir et prit feu, mais l’as américain eut le temps de se parachuter. La meute de Japonais passa le quart d’heure suivant à mitrailler Boyington maintenu à la surface par son gilet de sauvetage. Blessé, il attendit deux heures avant de gonfler son canot de sauvetage. Peu avant la tombée de la nuit, un sous-marin ennemi fit surface et le captura.

Les Japonais ne signalèrent jamais qu’ils avaient fait Boyington prisonnier et ce dernier fut porté disparu.

Ainsi, l’as des as aux vingt- huit victoires se vit-il octroyer la médaille d’honneur à titre posthume... avant de la recevoir en personne après sa libération, à la fin de la guerre ...

Vous voyez que c'était pas le dernier des blaireaux le pappy ! Repose en paix, Greg .

Une photo de la VMF 214 "de base", paske yen a d'autres qui rejoignent l'escadrille après :

Je vous rassure la série est en couleur, même si c'est en technicolor .
Pour ce qui est des effets spéciaux, il n'y a que quelques explosions pendant les bombardements ou parfois sur les avions . Par contre, quand un avion est descendu, ce sont des vraies images de vraies missions qui sont montrées, c'est pas des effets spéciaux .
Enfin bref, maintenant je vous laisse découvrir la série, elle est rééditée en DVD depuis quelques temps .
Je vais créer une caté pour cette série tiens, je ferai quelques résumés d'épisodes marquants en essayant de pas balancer trop de spoilers ...
En attendant j'ai pas trouvé le générique en VO sur Youtube, alors vous l'avez en VF, désolé ...

Paroles :

We are poor little lambs
We have lost our way
Baa, baa, baa

Une dernière chose : le VMF 214 était sur Corsair, ceci explique cela ...

Publié dans Séries TV

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tiwow 09/04/2007 18:47

On peut dire ça oui ... (pour les avions, pas pour moi)

bulu 07/04/2007 19:42

kikou ^^, toi et les avions, une grande histoire d'amour... ^^ c'est super, t'es le meilleur